03 octobre 2008

Conversation avec un inconnu

Ce blog a déménagé et se trouve désormais à l'adresse suivante : Du Soleil au Coeur

L'article ci-dessous peut dorénavant être lu et commenté sur la page "Conversation avec un inconnu".

La catégorie "Objections" reste visible sur ce lien : http://dusoleilaucoeur.fr/categorie/objection/ et traite de divers "coups de gueule" ou protestations.

Voici l'article original :


J'ai eu il y a quelques jours une première expérience avec un inconnu.
Je ne fais pas partie des expertes en la matière, celles à qui cela arrive tous les jours comme mon amie Nath, qui s'est fait maintes fois solliciter de cette manière. Je ne fais pas non plus partie des hommes qui en deviennent les victimes et se plaignent ensuite de harcèlement sexuel.

Non, c'était la première fois qu'un inconnu m'ajoutait à sa liste de contacts. Ma toute première perle du chat, en somme.

Il s'agissait d'une adresse que je n'utilise maintenant qu'exceptionnellement, surtout s'agissant du chat (en pratique, quand j'ai besoin de me connecter à Yahoo Messenger au lieu de MSN). J'en reparle plus bas.

J'ai donc été très surprise de voir une demande de contact apparaître à l'ouverture du logiciel que je n'avais pas utilisé depuis des mois. Pour autant que je sache, d'ailleurs, cette requête pouvait être, du coup, relativement ancienne !

Donnant à l'inconnu(e) (que nous mettrons désormais au masculin pour plus de facilité) le bénéfice du doute, je l'ai ajouté à ma liste.

Un court moment plus tard, il apparaissait connecté et s'adressait ainsi à moi :

Lui : Bonsoir

Moi : Bonsoir

Lui : dites moi j ai un doute. a qui ai je l honneur ?

Là, je l'ai trouvé gonflé, mon inconnu. Lorsqu'on demande à entrer en contact avec quelqu'un, la moindre des choses est tout de même de se présenter, pas de demander à la personne qui elle est. La demande pouvait certes dater un peu, mais il aurait dû être facile à cette personne d'avoir une idée de qui j'étais, en cherchant un tout petit instant. Sauf envoi en masse de demande de contact, bien sûr.

Or, non seulement ça n'a pas été le cas, mais il n'a pas daigné donner, au cours de la conversation qui suit, le moindre commencement d'information sur lui.

Non, mais vous imaginez, vous, quelqu'un qui vous aborde dans la rue en vous demandant sans aménités : "Vous êtes qui, vous?".

Certes, ma première réaction a été moyennement amène, face à ce coup porté à mon narcissisme ce manquement à l'étiquette.

Moi : C'est plutôt moi qui pourrais vous poser la question ? Vous avez demandé à être ajouté à mes contacts.

Lui : justement je ne vous ai jamais vu connecter du coup je ne me souviens plus ou j aurais pu avoir votre msn

Moi (un peu agacée) : Je suis en effet exceptionnellement connectée ainsi. Ce n'est pas mon msn.

C'est vrai, ça, c'est pas "mon msn".

Lui : vous un monsieur ou une madamrs ca m aiderait peut etre

Fichtre, voilà que la grammaire devient franchement hasardeuse. Et puis, je vois pointer l'amorce d'un petit jeu débile de devinettes, ou de jeu du portrait : "La personne à qui je parle actuellement est-elle une  madame? Vit-elle dans une ville ? Est-elle célèbre?" Aurais-je affaire à Akinator ? Ha ha, jeune homme, vous allez voir à qui vous avez affaire. Introduction d'un brin de sarcasme dans ma réponse.

Moi : Ca promet d'être amusant. Moi être une madame.

Lui : pk dites vous ca promet

Crévindiou. Il ne comprend pas le sarcasme.
J'ai vraiment affaire à un cas. Je ne relève pas la question et me contente de demander des nouvelles sur son processus de remémoration :

Moi : Alors, ça vous aide ?

Lui : non pas vraiment lol

Un lolien en plus. Il devrait être fort embarrassé de son malotruisme, et il lolle. Il commence à me plaire, celui-là.

Lui : auriez vous un blog une photo la ca m aiderait

C'est cela, oui. Il ne me connaît pas, mais il pourrait me reconnaître en photo. Mais bien sûr. Et la bloggeuse, elle emballe les cams chaudes dans du papier alu.

Je décide de tester l'hypothèse que j'ai à ce stade : je pensais que notre quidam était tombé sur mon blog, avait tenté de me contacter, récupéré mon adresse au passage, et décidé de me contacter directement par chat, au lieu de se fatiguer à écrire un mail. Aujourd'hui, je me suis rendue compte que ce n'était pas possible, puisque mon adresse n'apparaît pas dans le formulaire de contact, mais ça a donné ça :

Moi : Vous devez me connaître par mon blog alors. A qui ai-je l'honneur?

Lui (ignorant délibérément la question) : ah voila certainement la reponse. quel est l adresse de ce blog que j aille me rememorer

Là, je commence à être franchement irritée. Je lance le fond de ma pensée :

Moi : Bon, écoutez. Si vous ne vous souvenez pas avoir cherché à me joindre et que je ne sais pas qui vous êtes, je ne vois pas bien l'intérêt de poursuivre cette conversation...

Là, il avait intérêt à être convaincant dans sa réponse. Il a été juste au dessus du minimum requis, "au ras des pâquerettes", comme l'a si bien énoncé mon examinateur le jour du permis de conduire .


Lui (obstiné) : pouvez vous me donner l adresse de votre blog. si je vous ai ajoute a mes contact c est dans le but de vous poser une question en rapport

Moi (mode "bénéfice du doute, soyons simple et candide" on) : Bien, ça me paraît sensé [j'ai donné le lien]... mais vous auriez très bien pu m'écrire ?

Lui : oui tout a fait

Il ne serait pas en mode "foutage de tronche" ? J'aurais pu, mais je ne l'ai pas fait. Pourquoi? Mystère et boule de gomme. J'en rajoute une couche (bien inutile, évidemment) :

Moi : Je ne consulte pas très souvent cette boîte aux lettres mais j'aurais fini par vous lire, alors que le contact ici est plus que hasardeux.

Lui : c est clair a tout hazard voyez vous mon image de profil

Moi : Non

Lui : je me disais aussi

Il doit y avoir un truc sous cette question, mais j'avoue que ça me dépasse. Je l'aurais reconnu ? Ou bien sur le profil en question, c'est une photo de Brad Pitt et je serais censée être plus aimable ?

En tout cas, après cette ultime vérification (?), plus rien. La question existentielle qu'il brûlait de me poser en m'ajoutant à ses contacts avait dû s'envoler comme par magie.

Vu la muflerie, et sans doute aussi la fausseté et le mensonge, du personnage, il n'y a pas de regret à avoir.

Curieuse, j'ai été vérifier son IP dans la liste des visiteurs de mon blog (c'était facile. C'était vraiment le désert ce soir là, côté visites). Je n'ai pas été bien avancée : si tant est que c'est effectivement lui qui m'a rendu visite, il n'a pas consulté plus d'une page et habite dans une ville où je ne connais personne.

Là où je me pose des questions, c'est que je ne sais pas comment cette personne a obtenu mon adresse. Il s'agit de l'adresse que j'utilise pour ce blog, mais qui n'apparaît donc pas sur ces pages (je croyais le contraire en commençant la conversation). Je l'avais aussi utilisée il y a quelques années pour former un groupe de mamans qui n'a pas franchement perduré sous cette forme, mais je ne vois pas pourquoi quelqu'un l'aurait utilisée si tardivement. Si l'on en croit Gougeule, l'adresse n'est nulle part sur Internet. La dernière fois que j'ai utilisé l'adresse, c'était pour me plaindre d'un plagiat, mais je ne vois pas pourquoi ça aurait pu donner envie à quelqu'un de me parler en direct. Alors non, je ne vois pas trop. Un mailing de demandes de contact, ça peut s'imaginer (même si je n'en vois pas bien l'intérêt) mais où a t'il pêché celle-ci ?

Quelqu'un aurait une idée pour éclaircir ce mystère ?

Posté par Cinn à 10:30 - - Permalien [#]