13 juillet 2007

Deux garçons, cinq filles, zéro possibilité

Attention, ce blog a changé d'adresse et s'appelle désormais Du Soleil au Coeur.


La visite de Laurestan et de ses amies peut être désormais lue et commentée sur la page "Deux garçons, cinq filles, zéro possibilité".


Je vous parle des perles de mes enfants (et parfois de celles leur père) dans la catégorie "Mes demi-clones".


Voici l'article original :


Il n 'était pas prévu du tout au départ que ces quatre là atterrissent chez moi.

J'ai connu les deux "grands" sur un forum on ne peut plus familial. J'avais déjà rencontré Laurestan "IRL" à une des rencontres organisées par ce forum (une sortie en parc d'attraction, avec enfants). Il m'avait donné un sérieux coup de main avec les petits, et notamment tenu Raphaël dans ses bras pendant toute la queue d'attente de l'attraction consacrée aux pirates. Je n'avais pas encore rencontré Volberge, mais j'avais eu d'innombrables bavardages de copine avec elle depuis plus de deux ans. Elle avait amené ses deux filles : 13 et 6 ans respectivement ; l'aînée, Stanya, était déjà venue au parc d'attraction ce jour là.

En somme, des personnes que je ne connaissais pas "bien" à proprement parler, mais suffisamment pour connaître leurs principaux qualités et défauts, et qui avaient peu de chance d'être des serial killers ou des pervers psychopathes.

Il était prévu une simple ballade pas de chez moi, dont le but avoué était d'aller jeter du pain aux canards. Mais les gouttes ont commencé à tomber, de plus en plus nombreuses, jusqu'à l'averse, et une fois qu'il s'est révélé très clair que le soleil ne reviendrait pas de sitôt -nous étions tous trempés jusqu'aux os-, j'ai proposé un repli stratégique chez moi.

Tout le monde s'est séché et réchauffé tant bien que mal.

Comment vous décrire l'après-midi de débauche qui s'est ensuivie ? Le thé à la menthe et le coca-cola ont coulé à flot, mon stock de Prince goût chocolat a nettement diminué, il y eut un château fort en coussins dans mon salon, un circuit de train en bois, des ballons, des chamailleries autour d'un yoyo, beaucoup de jeux débiles autour d'un fauteuil pour enfants qui tourne, et le visionnage d'un DVD de Dora l'Exploratrice. Beaucoup de rires et de papiatage.

C'est alors que Lex a téléphoné pour prévenir qu'il avait l'intention de passer pour faire faire un petit tour à Raphaël et Laura. Je l'ai prévenu que je recevais des amis, pour qu'il ne soit pas surpris.

Il n'a pas souhaité les croiser. Soit. C'est donc sur le palier qu'il a retrouvé les enfants, pendant que mes invités restaient quelques instants seuls. Il a juste aperçu Stanya traverser le couloir vers la chambre d'enfants (elle voulait aider à ranger) et entendu les voix de Volberge de de Laurestan.

Lex m'a fait une scène terrible. Qui c'était, ces gens ? Qui était cette "femme" qui se promenait librement dans l'appartement? Il espérait au moins que je ne les connaissais pas d'Internet ! Il allait de ce pas faire une main courante au commissariat et alerter le Procureur.

J'ai essayé de le rassurer sur le fait que tout allait bien et que j'étais tout comme lui soucieuse du bien-être et de la sécurité des enfants. Rien n'y a fait. Il m'a jeté un regard noir puis est parti en exigeant que mes invités soient partis au moment où il les ramènerait (comme il était déjà 19h30, ça voulait dire une heure plus tard).

Il m'a rappelé sur l'interphone dès qu'il est arrivé en bas pour continuer à me dire le fond de sa pensée. Puis m'a appelée au téléphone, une fois, deux fois. Cela n'en finissait pas. Evidemment, si je n'avais pas répondu à ses appels, il aurait aussitôt conclu que j'avais une raison pas nette de le faire, et insisté encore et encore. Pénible.

Je n'ai aucune envie de provoquer ni d'inquiéter Lex. En dehors de ces moments de réactions exacerbées, c'est quelqu'un de très bien.

Pour autant, il n'est pas question que je lui donne un droit de véto sur qui je reçois chez moi. Pas envie de devoir fournir CV, photocopie de la carte d'identité, livret de famille, extrait de casier judiciaire (voire carnet de notes) de chaque connaissance qui vient à rencontrer les enfants. J'essaie de faire le tri moi-même. C'est pourquoi je suis restée relativement ferme.

Lex est arrivé un peu en avance, mais s'est éloigné pendant que Laurestan, Volberge et ses filles prenaient le départ.

"Pourquoi les invités ne sont plus là?" a demandé Raphaël en revenant...

Posté par Cinn à 10:30 - - Permalien [#]